Étiquettes

, , ,

Il y a des jours comme ça. Des jours où l’on a de drôles d’idées. Des jours où l’on se dit, profitons d’être en Espagne, pour aller manger des tapas. Et c’est là que l’on trahit bêtement sa méconnaissance totale de l’Espagne et que l’on suscite des regards légèrement hautains. Barcelone n’est pas la ville des tapas. Un point un trait! Que cela soit clair!

Oui mais moi je restais 18h à Barcelone et j’avais envie de tapas. Le genre d’envie qui devient obsédante et qui oblige à trouver une solution. Je repensais à la merveilleuse raclette du Peninsula à Hong-Kong en plein typhon, avec un fromage sublime qui fleurait bon les alpages suisses, ou bien encore de sublimes sushis à Madrid et de magnifiques cornes de gazelle à Londres… Toute pleine de courage, je me suis fiée à internet pour faire mes recherches rapides (est il nécessaire de préciser que, dans mon esprit, les tapas tant convoités se devaient d’être excellents). Après une bonne vingtaine de minutes à fouiller les blogs les plus variés, et en tenant compte de ma contrainte horaire (il était 23h)j’ai trouvé ce qu’il me fallait: Tapas 24.

IMG_2766Première bonne surprise, alors que tous les blogs signalaient que l’attente était longue, aussitôt arrivés, aussitôt installés! Une petite salle plutôt sympathique, assez bruyante et très vivante. Deux grands comptoirs bordent les cuisines ouvertes, quelques tables à partager sont disposés ça et là. Une multitude de cuisiniers s’affairent dans ce qui ressemble à un léger désordre… La clientèle, quant à elle, est assez locale mâtiné de 2 ou 3 américains, l’air heureux.

IMG_2767Nous étions les derniers clients, peut être cela explique-t-il le service rapide. La carte, dans toutes les langues, sert de range couverts (j’ai bien aimé l’idée), mais les spécialités sont uniquement en espagnol. C’est un peu dommage et cela me rappelle ce que disait Pierre Desproges dans son excellent livre « les étrangers sont nuls »: Comme beaucoup d’étrangers, les espagnols éprouvent quelques difficultés à communiquer entre eux, car ils ne parlent pas français. C’est pourquoi ils sont obligés de parler espagnol. »IMG_2775Après avoir parcouru le net, je savais que je mourrais d’envie d’essayer le Bikini Comerç 24 (en hommage à l’autre restaurant étoilé du chef Carles Abellan), un petit sandwich à la truffe fraîche et au jabugo. Je n’ai pas été déçue, c’était merveilleux! Le Pan con tomato était bien grillé, avec une merveilleuse huile d’olive (dont je n’ai pas obtenu le nom étant donné qu’avec mon allemand première langue au lycée et le catalan du serveur, on ne peut pas dire que la compréhensions était totale). Les chipirons, très moelleux, étaient impeccables tout comme la friture de poissons. Quelques tranches de pata negra et mon rêve était devenu réalité. Un joli Rioja pour compléter le dîner espagnol parfait et nous avons passé une soirée épatante!

IMG_2768IMG_2770

IMG_2769

IMG_2771

IMG_2774

IMG_2773
IMG_2772 J’y retournerai sur le même mode: petit dîner sympathique, pas trop cher, idéal lors d’une escale éphémère dans la ville (que je fouillerai, gastronomiquement, plus avant la prochaine fois). Cela m’a donné très envie d’essayer Comerç 24, qui a reçu une étoile Michelin et qui partage le même chef.

Diputació 269, 
08007 Barcelona
tel: 934 88 09 77

Publicités