Étiquettes

, , , ,

IMG_3995« La fourchette a été inventée pour éviter d’avoir à porter ses doigts à sa bouche! »
Cette phrase, souvent répétée par mon père lors des repas de mon enfance, aurait bien fait rire Louis XIV !!!

Au moment où je sens que je vais moi aussi devoir défendre l’usage de la fourchette face à de petits neveux très habiles de leurs mains, je me pose, tout à coup, la question:
Pourquoi ne mangeons nous pas avec nos doigts? Depuis quand avons nous établi une barrière entre la main et la nourriture?

Si ce petit ustensile quotidien nous paraît évident aujourd’hui, longtemps il a été un sujet de plaisanterie et de raillerie à la table de nos rois de France. Arrivée d’Italie en France, à l’époque de Catherine de Médicis (vers 1533), la forcina, commença à être adoptée par la cour d’Henri III. Le roi et ses « mignons » l’utilisaient pour éviter de salir leurs fraises lors des repas, ce qui faisait beaucoup rire le reste de la cour et ne popularisa pas tout de suite le nouvel instrument, qui passait pour extrêmement maniéré.

En 1530, dans le manuel de savoir-vivre,De Civitate Morum Puerilium, la fourchette n’est même pas mentionnée. Son auteur, Erasme, suggèrait de poser sur la table, son verre et son couteau, à droite, et son pain, à gauche. Il conseillait de ne pas tremper les doigts dans la sauce mais d’utiliser son pain, pour marquer la différence avec la grossièreté des paysans et interdisait formellement de lécher ses doigts graisseux qu’il proposait d’essuyer discrètement dans la nappe.
Montaigne quant à lui fait référence à la fourchette, instrument qu’il connaît mais dont il ne fait pas usage:
« Je pourrais déjeuner sans nappe, mais déjeuner à l’allemande, sans serviette blanche, serait très gênant pour moi. Je souille les deux, plus qu’eux ou les Italiens ne le font, car je me sers peu de la cuiller et de la fourchette. Je regrette qu’on n’ai pas adopté cette façon de faire que j’ai vu débuter en suivant l’exemple des rois, et qui consistait à nous changer de serviette, comme d’assiette, à chaque plat. » (Montaigne, les Essais)

L’essor de la  fourchette se heurta à de puissantes barricades, notamment celles élevées par le clergé français*, qui voyait en elle un objet blasphématoire. En effet Dieu ayant créer les doigts pour porter les aliments à sa bouche, utiliser la fourchette aurait été lui faire offense. Les prêtres avaient également peur que la fourchette favorise le péché de gourmandise!
Elle finit par être utilisée comme instrument de service pour la découpe des viandes et autres rôts. De deux dents, au XV ème elle passa à trois puis à quatre dents au XVII ème, levant les peurs des aristocrates de se blesser en mangeant. Si Louis XIV et Louis XV n’en firent jamais usage, préférant manger avec les doigts, la fourchette individuelle était tout de même présente à leur table versaillaise. C’est au XVIII ème qu’elle devint une habitude populaire et que l’on commença à la trouver à la table de tous les français.

Il est intéressant de regarder les statistiques mondiales actuelles pour comprendre comment les gens mangent aujourd’hui. Car si notre fameuse fourchette et son acolyte couteau nous semblent une évidence, nous ne sommes, en réalité, que 30% à les utiliser sur terre. 30% utilisent des baguettes** et 40% des habitants de la planète mangent avec les doigts!
Que défendre donc face aux enfants d’aujourd’hui? Ils seront amenés à voyager, faut il donc alterner, pour qu’ils soient à l’aise à Naoshima, comme à Fès ou à Grenoble? Un soir avec les baguettes, un soir avec les doigts,  un soir avec la fourchette…

*les moines italiens l’utilisent depuis plusieurs siècle déjà. Si l’Italie la voit apparaître au XI ème siècle, elle est devenue un ustensile de table classique à Florence et dans de nombreux royaumes, au XVème siècle.
**L’histoire des baguettes est très antérieure à celle des couverts. Si les premières traces de ces dernières remontent à 5 000 ans, la popularisation de leur usage date du IIIème siècle après Jésus Christ. Dans un souci d’hygiène, les Chinois ont très vite compris qu’il fallait éviter le contact entre des doigts sales et la nourriture qui allait être ingérée.

Publicités