Étiquettes

, , , , , , , , , , , , ,

La recette en théorie

-Pour bien commencer cette promenade gourmande, prenez une belle journée ensoleillée.
-Chaussez vous confortablement pour ne pas être gêné en cours de recette.
-Commencez à réfléchir à quelques lieux où vous pourrez vous sustenter avec bonheur en cours de route. Ne réfléchissez pas trop non plus car vous devez laisser une part de surprise dans votre itinéraire !
-La gourmandise étant toujours plus joyeuse lorsqu’elle est partagée, munissez vous d’un formidable amoureux ou d’une merveilleuse fiancée, d’un ami drôlissime ou d’une copine enthousiaste.
-Sortez, armé d’un grand sourire et d’un bon appétit!
-Laissez vous guider par votre instinct gourmand au hasard des rues et faîtes une halte dans tous les endroits attirants de votre parcours.
-Soyez raisonnable dans vos acquisitions car elles risquent de peser bien lourd au fur et à mesure de la journée. Contentez vous donc de l’exceptionnel ou assurez vous la présence d’un cavalier bien musclé!
-Ne culpabilisez pas à chaque bouchée puisque vous marchez en permanence.
-Assurez vous en fin de parcours d’avoir ce qu’il vous faut dans votre panier pour concocter un aperitivo savoureux!
-La recette est réussie si votre sourire fait le tour de votre visage au couchant du soleil et si vous avez envie de recommencer l’exercice le plus vite possible!

Et maintenant la recette* en images!

Cette promenade gourmande traverse deux arrondissements de Paris, le sixième et le septième.

Départ donné à Sèvres Babylone. Il est tôt, l’heure du petit-déjeuner pour être exact. Commençons donc par faire un saut à la Grande Épicerie du Bon Marché, temple parisien de la gourmandise, pour acquérir une petite plaquette de beurre Bordier. Lequel choisir?  Vanille de Madagascar? Aux algues? Au Yuzu? Au Piment d’Espelette?Mon coeur balance mais c’est l’Esprit de beurre à l’huile d’olive citronné qui repart avec moi. J’envisage déjà les délicieuses tartines acidulées, quand je passe devant le rayon thé et suis prise d’une envie de nouveautés. Changeons du traditionnel Samouraï de Mariages Frères! Après avoir jeté un oeil sur les Kusmi et leurs emballages colorés, les promesses de jeunesse retrouvée du thé concombre et menthe de Tea Forté, les boîtes élégantes de Dammann, c’est le Lov Organic aux agrumes et épices que j’embarque. J’en ferais une eau de thé, le meilleur moyen de se désaltérer (la recette ici).

IMG_4243 Carrefour Croix Rouge. Il est temps de bifurquer vers la. Direction la merveilleuse boulangerie Poilâne. L’odeur alléchante, les traces de farine, les miches qui rappelle celle décrite par la Comtesse de Ségur lorsque Sophie trempe son pain chaud dans les jarres de crème, les moelleux pains d’épices, les petits sablés blonds, les généreux pains au chocolat, les aguichants chaussons aux pommes… Notre choix est finalement tout simple, quelques immenses tranches de ce pain inimitable, si longues qu’elles ne rentrent dans aucun grille pain, avec cette mie dense et légèrement acide,cette croûte foncée croustillante, qui a une particularité, tenir une bonne semaine et rester sublime après un petit tour au four. Tous les sens sont sollicités dans cette petite boutique mythique qui a eu le bon goût de ne pas avoir changé depuis mon enfance.
IMG_3962Nous restons dans l’imaginaire de l’enfance et remontons la rue d’Assas vers le fameux Jardin du Luxembourg. Le soleil brille, les cerisiers sont en fleurs, les petits poneys sont au rendez vous, les bateaux voguent sur la grande fontaine centrale. Les « 3 petits cochons » sont à l’affiche du théâtre de Guignol à 15h et 16h15.

IMG_3958

IMG_3965IMG_3960Les balançoires sont un peu vides mais le comptoir de bonbons et Barbe à Papa est ouvert. Il n’a pas beaucoup changé, les Magic Pop ont remplacé les Malabars, les sucettes Toy Story sont placées devant les Carambars, mais les bonbons y restent les plus chers et les plus tentants de Paris (compter 3 euros pour une sucette!!!). Quelques pas au milieu de ce parc d’incroyables statues, juste le temps d’admirer un Zadkine, de tomber sur le buste de Branly qui a donné son nom au Quai et au Musée après avoir inventé la commande sans fil et la télégraphie(!), de chercher la Reine Claude sans succès (celle la même qui a donné son nom aux prunes sucrées et douces comme elle, l’épouse de François 1er) et nous arrivons rue de Tournon.

IMG_3957IMG_3968 IMG_3967 IMG_3966 L’heure du déjeuner approche et nous avons envie d’Amérique. L’idée d’un dinner nous tente bien même si nous ne sommes pas dans la banlieue de Chicago mais bien au coeur de Saint Germain des Prés. Une idée lumineuse apparaît mais nous faisons d’abord une petite halte chez Olive & Co, rue de Buci, pour débusquer une merveilleuse huile d’olive. Une petite dégustation nous est proposée et nous nous délectons du nectar de fruits murs ou verts, fruités ou doux, acides ou amères. Évidemment l’exercice est amusant et le résultat n’est pas unanime. Nous voilà donc à la tête d’une huile d’olive grecque en bidon de métal et un flacon d’huile sicilienne millésimée Polichinno, à ne surtout pas cuire afin de ne pas dénaturer ses arômes délicats… J’attrape leur condiment de vinaigre balsamique de Modène aromatisé à la figue qui transforme une simple salade verte en véritable plat gastronomique et nous nous engageons rue Jacob.

IMG_3956En passant la devanture de Ladurée, au croisement de la rue Bonaparte, je tente un petit caprice de macaron, sans succès, hélas… Je me console en regardant la série limitée du moment « Marie-Antoinette » qui me conforte dans l’idée que le bleu n’est pas une couleur alimentaire, surtout lorsqu’il s’agit d’un macaron aux agrumes! Nous tournons rue des Saint Pères, croisons la boutique Debauve et Gallais d’une autre époque et nous voici arrivés dans la toute petite rue Perronet où nous attend l’Ellis Island Café, brunch-lunch-dinner!

IMG_3955 IMG_3949Sans réservations, nous sommes d’abord attablés au bar de ce minuscule restaurant où le dépaysement est assuré! Nous sommes transportés en plein coeur de New York. Le brunch est la spécialité de l’endroit. la carte est très amusante: Eggs Benedict ou Florentine, B.B.Q. Pork Ribbs, Bagel Veggie, et surtout leur super choix de burgers, Manhattan, au bacon et cheese avec un oeuf à cheval, Ellis Island, double bacon, Tuna burger, accompagnés de Cole slaw ou de Hashbrown. Les prix sont très raisonnables, surtout dans ce quartier. Il faut compter 7 euros pour une entrée et 10 à 13 euros pour un plat. Ce qui explique que l’endroit soit pris d’assaut par de grandes tablées d’étudiants et de jeunes cadres à l’heure du brunch. La nourriture n’est pas excellente, elle est distrayante et roborative mais l’ambiance est tout à fait unique. Cela mérite le détour!

IMG_3952 IMG_3951 IMG_3950Nous sautons le dessert car le soleil est tellement beau que nous voulons continuer la promenade. Boulevard Raspail, la vitrine de Paul Smith est très rigolote avec son flamand rose empaillée!

IMG_3946Rue du bac, mon voeu sucré est exaucé au Bac à Glaces, avec un cornet deux boules: praliné/marrons! Leurs glaces sont juste sublimes et leurs sorbets parfaits, c’est une sorte de Berthillon de la rive gauche. Ce glacier a une particularité qui intéressera tous les diabétiques et les personnes respectant un régime sans sucre: certaines de leurs glaces sont à l’aspartame, qui ne présente aucun inconvénient gustatif car le froid annihile l’arrière goût.

IMG_3947 IMG_3945L’heure avance et l’idée d’un petit apéritif à la maison en fin de journée se révèle attrayante. Au fur et à mesure que la rue de Sèvres défile, l’idée de l’arrêt chez Quatrehomme se profile. La maison du fromage est un endroit dont j’ai toujours entendu parler à la maison mais ce qui m’a redonné l’envie d’y faire un tour, est la merveilleuse interview de Marie Quatrehomme (que vous trouverez ici), Meilleur Ouvrier de France. C’est elle qui accueille les clients avec son grand sourire, son petit mot gentil pour chacun et sa passion pour son métier. L’endroit vous fait tourner la tête tant il y a de sorte de fromages. On se croirait dans le « Ventre de Paris » de Zola. Tout est alléchant, attirant, séduisant, que ce soit un Gouda rouge vif aux aromates ou un Cheddar marbré à la Guiness, un fromage à raclette fumé ou un sublime Saint Marcelin, une des dizaines de variétés de bleu ou bien encore ce comté 42 mois d’affinage qui vous fait de l’oeil tranquillement installé sur son comptoir à deux doigts de votre panier… La charcuterie est bien présente, elle aussi, sélectionnée avec le même soin et le même professionnalisme. Nous jetons donc notre dévolu sur un somptueux Speck délicatement fumé et un tentateur saucisson italien des Abruzzes finement haché.
IMG_4113 IMG_4112 IMG_4110 IMG_4111La promenade s’achève tranquillement sur un joli apéritivo casanier. Quelques tranches d’un délicieux saucisson + un comté hors du commun infiniment moelleux malgré son grand âge qui se trahit par de magnifiques cristaux de sel, dont chaque bouchée est sublimée par les fines bulles de Champagne + un peu de pain Poilâne toasté pour goûter nos huiles d’olives.

IMG_3937 IMG_3939Le carnet d’adresse

Ellis Island Café
5 Rue Perronet  75007 Paris, France
+33 1 40 49 08 08

Quatrehomme, Maison du fromage
62 Rue de Sèvres  75007 Paris, France
+33 1 47 34 33 45

Poilane
8 Rue Cherche Midi  75006 Paris, France
+33 1 45 48 42 59

Grande Épicerie du Bon Marché
38 Rue de Sèvres  75007 Paris, France
+33 1 44 39 81 00

Olive & co
28 Rue de Buci  75006 Paris, France
+33 1 44 07 15 43

Bac à glaces
109 Rue du Bac  75007 Paris, France
+33 1 45 48 87 65

*Avertissement aux lecteurs: Tous les ingrédients de cette recette sont facultatifs, contrairement à une recette traditionnelle. Ils peuvent évoluer avec le temps, leur quantité est variable, on peut en ajouter et en retirer.

Publicités