Mots-clés

, ,

IMG_2426Le Mendiant et l’Aubergiste

Au Moyen-Âge, dans une petite ville au fin fond de la Turquie, un mendiant affamée s’installe à la porte d’une auberge pour respirer la bonne odeur de nourriture qui s’exhale des cuisines. L’aubergiste furieux lui demande de partir sans succès car il fait fuir les clients. Il a beau se démener, il n’arrive pas à le chasser.

A bout d’arguments, il décide de traîner le mendiant chez le juge, qui l’écoute attentivement. « Cet homme a humé l’odeur de ma cuisine, qui est le fruit de mon expérience et de mon expertise. Il doit donc payer ce qu’il a respiré ». Le juge se tourne vers le mendiant et lui demande s’il possède une pièce de monnaie. Ce dernier après moult protestations, arguant qu’il n’a rien mangé, lui tend sa seule et unique pièce.

Le juge s’en saisit et la fait tinter sur son bureau « Ding! Ding! Ding ». Il déclare au restaurateur: « tu as entendu le son de la pièce? Tu es donc payé ». Puis il rend la pièce au mendiant.

J’ai entendu ce conte pour la première fois, dans la conférence de Serge Soudoplatoff, pour illustrer le problème, non récent, que pose la vente de biens immatériels, en faisant référence à internet. Si vous avez envie de découvrir ce passionnant orateur, vous devriez regarder sa conférence géniale sur les vraies ruptures d’internet, sur le site des Ernest (durée:17min)
http://www.les-ernest.fr/serge_soudoplatoff

Ce petit conte merveilleux a de nombreuses origines, on l’attribue à différents auteurs du Moyen Âge, de provenances très diverses, de la Turquie à la Bretagne, de la Perse au Maroc. Si vous l’avez aimé, vous en trouverez de très nombreux autres, attribués à Nasreddin Hodja, sur ce blog:
http://nasreddinhodja.blogspot.fr/

Publicités