Mots-clés

, , ,

Ca y est! Je me suis lancée! Je ne sais pas pourquoi je n’avais pas osé le faire jusque là… J’avais beau lire des articles qui suggéraient que c’était la meilleure des cuissons, je n’arrivais pas à m’y résoudre. Et puis dimanche, face à un frigo bien terne et à trois pavés de saumon bien classiques, je n’étais pas emballée à l’idée de les cuire à l’unilatérale et de sentir le résultat pendant toute la journée, j’ai donc pris mon courage à deux mains.
IMG_0534J’ai soigneusement emballé mes pavés (assaisonnés de sel, de poivre et d’un trait de jus de Yuzu, ce fantastique agrume japonais) dans du papier film alimentaire, j’ai rempli mon lave vaisselle, j’ai posé mes papillotes transparentes dans le bac à verre du premier étage et j’ai lancé ma « cuisson » à 55° (programme lavage classique) pendant 30 minutes.
IMG_0535Une demie heure plus tard, j’ai arrêté la machine à laver la vaisselle, je les ai démaillotés et agrémenté d’un filet d’huile d’olive au citron vert et baies roses et je les ai servi, triomphante à des parents, bien qu’indulgents, légèrement effarés. Quel succès! Ma seule erreur est d’en avoir prévu un seul par personne… Le saumon avait l’air cru, notamment grâce à sa couleur qui ne s’altère pas lors de cette cuisson à basse température, mais il était tout à fait cuit. Je crois ne jamais avoir mangé un poisson si mœlleux. Il était complètement fondant sous la langue…
IMG_0558C’est simple et sublime, je ne sais pas si je reviendrai à un autre mode de cuisson après avoir goûté cela.

Les précautions à prendre: Bien emballer le poisson (l’arrière goût de mir vaisselle et autre sun serait du plus mauvais effet), ne pas oublier de l’assaisonner avant de l’emballer, ne pas le préparer des heures avant de passer à table car 55°C ce n’est pas très chaud et il refroidit beaucoup plus vite que si vous le passiez à la poêle, choisir un poisson très frais, que vous pourriez manger cru, car une cuisson aussi basse ne tue pas les bactéries (il faut un minimum de 60°C).

Bon appétit!

Publicités