Mots-clefs

, , , , , , ,

Il est très exceptionnel que j’ai envie de parler d’un endroit qui ne m’a pas plu, mais je fais une exception pour l’Agapé Substance car ce restaurant laisse un goût d’amertume que je ne souhaite à personne. C’est étrange car les plats sont plutôt bons et certains touchent même au succulent. A quoi tient, alors, cette grande irritation qui vous tenaille à la fin du dîner? Plusieurs éléments de réponse me viennent à l’esprit… Mais je vous fais d’abord partager l’aspect positif, les plats en image, car l’Agapé Substance propose une cuisine graphique qui se voit autant qu’elle se mange.

Pour commencer une légère tuile de caramel de courge
IMG_1129Un ensemble de petits légumes croquants dans le style d’Alain Passard
IMG_1130Oignons confits au chorizo avec des onion-rings
IMG_1131Nuage de maïs Géant Vert dissimulant des écrevisses en morceaux et gelée
IMG_1132Petits légumes verts, coulis de cardamome et mousse de fromage frais
IMG_1133Une déclinaison d’artichaut, en chips, en crème, sauté, et en risotto
IMG_1134De jeunes asperges  croquantes, un œuf cuit à basse température et vanille.
IMG_1135Morilles fraîches crémées, et sot l’y laisse (proposition exactement similaire à celle de Guy Savoy)
IMG_1136Langoustine et fèvettes
IMG_1137Omble chevalier très délicatement cuit, ayant l’aspect de l’anguille, mais le goût très fin de ce joli poisson du Lac Léman, asperges blanches caramélisées
IMG_1138Pigeon et  risotto.
IMG_1139Rhubarbe confite et sorbet au concombre (j’ai trouvé cela de l’ordre de la punition mais il faut reconnaître que certains autres convives ont trouvé cela délicat)
IMG_1140Fraises et crème (je crois que l’intitulé est la meilleur description du plat, on ne peut rien ajouter)
IMG_1142Croustillant chocolat noir, craquant de chocolat blanc, sorbet et crème au Yuzu. Un grand chef d’oeuvre pour clore ce repas, un équilibre parfait des saveurs.
IMG_1143

Tout ceci est fort alléchant et quand je revois les images, de bons souvenirs gustatifs me reviennent et pourtant je n’ai qu’un conseil à donner aux promeneurs Germanopratins qui s’arrêteraient, l’appétit au ventre devant cette discrète enseigne: FUYEZ!

Le maîtres des lieux se présente à vous comme le bras gauche d’Alain Passard, pendant dix ans. Cela confirme donc qu’Alain Passard doit être droitier. On ne retrouve ni l’incroyable accueil, ni la gentillesse, ni la flexibilité propre au grand chef et à ses équipes… On retrouve, cependant, l’esprit du maître dans la présentation des plats et dans la mise en exergue des légumes, mais il manque la sincérité et la passion de la transmission et du partage.

La table d’hôte, fort inconfortable, vous oblige à être assis à côté de parfaits inconnus (et de fait de partager leur conversation ou de leur infliger la vôtre) sur des tabourets sans dossiers.

La serveuse vous fait immédiatement partager son exaspération et vous énonce les plats comme elle vous mettrait une amende pour excès de vitesse, fatiguée d’avoir à répéter inlassablement la même chose à chaque convive… Sachant que personne ne vous a annoncé la couleur du repas et que vous n’avez pas la moindre idée de ce que vous allez manger (et, by the way, à quel prix). Quand vous osez demander si l’on peut vous donner une carte, le propriétaire vous annonce que c’est totalement impossible car il n’a pas la moindre idée de ce que vous avez dégusté… Effectivement il ne doit pas le savoir, car au début des festivités, il a posé la question des interdits alimentaires, je lui ai précisé que je ne souhaitais pas manger de viande et me voici à la tête de poisson-pigeon et de poisson-poulet !

Ajoutez à cela une cabine de toilette, inspirée par le confort et l’espace de celle des A320 d’Air France, en plein milieu de la salle de restaurant; une addition totalement excessive; un petit vin blanc d’apéritif qui peut également servir de rinçage chez le coiffeur pour faire briller la couleur ou de liquide vaisselle; une vitre sablée qui donne le sentiment d’un excès de chaleur lié à la transpiration des convives et un bruit infernal et vous obtenez une soirée à l’Agapé Substance, et dans ces agapes là point d’amour du prochain!

Agapé Substance, 66 rue Mazarine, 75006 Paris

Publicités