Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , ,

IMG_1620Dans cet émirat qui fascine le monde entier, qui attire et inquiète, étonne et angoisse, enchante et surprend, la coupe du Monde se profile, 7 musées vont sortir de terre, les hôtels plus somptueux les uns que les autres s’établissent. A ce jour, la gastronomie semble être l’un des sérieux attraits de Doha, l’un des produits d’appel et de séduction du vacancier en mal de destination. Toutes les cuisines sont représentées, par des ambassadeurs de très haut niveau.

Les étoiles Michelin sont remplacées par les Time Out Awards, qui distribue plus ou moins une distinction par lieu. L’Award du meilleur restaurant thaï, celui de la carte la plus graphique, l’award de la meilleure lumière tamisée, l’award du meilleur brunch. Tout le monde a un award, ce qui est plutôt sympathique et reflète le bon niveau général.

On peut aisément imaginer que les Qataris ne suivent pas la tendance actuelle locavore. En plein désert il serait effectivement délicat de vouloir se contenter de la production locale. Votre assiette d’asperge a donc un bilan carbone qui ferait hurler n’importe quel écologiste mais il faut bien se nourrir et on ne peut pas mourir de faim sous prétexte que l’on est entouré par le désert.

On trouve donc de tout, tout le temps. Les avions transportent les denrées alimentaires des 4 coins du monde. Vous n’êtes pas obligé d’attendre mai/juin pour les fraises, le printemps pour les petits pois ou octobre pour les citrouilles; les étals de poissons vous font faire le tour du monde, homards de Boston, maquereaux d’Oman, poulpes de France, crevettes du Golf. Les cartes des restaurant se font en fonction des modes et des goûts et en aucun cas des saisons. Les enseignes alimentaires ne sont pas dépaysantes. Vous pouvez faire vos courses chez Carrefour ou Dean and DeLuca, déjeuner d’un sandwich chez Paul ou d’un macaron chez Ladurée, goûter chez Haägen Dazs…

Les chefs sont un véritable atout marketing omniprésent. Le Musée d’Art Islamique, somptueuse oeuvre architecturale conjointe de Pei et Wilmotte, vous offre le rêve Ducasse mis en scène par Philippe Starck; le complexe immobilier délirant The Pearl, presqu’île artificielle, vous attire avec le restaurant Guy Savoy; l’hôtel W riposte avec l’ouverture du Market by Jean-Georges; le St Regis abat alors la carte Gordon Ramsay… Le Qatar serait il devenu le pays aux mille et une étoiles…?

Pour illustrer la profusion, le choix, la qualité des produits, je ne résiste pas à vous faire partager quelques images du buffet de dessert de The Vine, restaurant californien de l’hôtel St Regis, qui propose une accumulation inimaginable de mets lors des fameux brunchs du week end, le vendredi.Gelées de fruits, fontaine de chocolat, charlottes, opéra, verrines de mousses chocolatées, flan au caramel, fraisiers, forêts noires, apfelstrudel, chous, macarons… Ce jour là, il faisait 45°C, température encore un peu fraîche pour la saison, une tempête de sable d’une extrême violence s’était abattue sur la ville et ce choix de dessert, infini, semblait être une revanche sur le désert et sur un environnement devenu, en quelques heures, terriblement hostile…
IMG_1696IMG_1702 IMG_1701 IMG_1700 IMG_1699 IMG_1698 IMG_1697 IMG_1703Autre image inattendue de Villagio, un gigantesque mall où l’on fait ses courses au fil des canaux!IMG_1634Et enfin quelques souvenirs de l’un des plus beaux musées du monde, car il faut aussi quelques nourritures pour l’esprit!

IMG_1616 IMG_1618 IMG_1617 IMG_1626

Publicités