Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Si vous êtes nostalgique de la lagune, à l’heure de la rentrée, voici la plus belle des adresses vénitiennes au monde qui a le bon goût de se trouver Place de la bourse et non Place Saint Marc! Tout ici est enchantement et délices… Massimo Mori, qui était déjà à la tête de l’Armani Caffé, boulevard Saint Germain, arrive en maître incontesté de la grande cuisine italienne et propose un lieu où la justesse du décor rivalise avec le professionnalisme de son équipe et surtout avec l’infini bonheur que crée sa cuisine.

Le cadre est le premier bonheur que l’on perçoit. Imaginé par Philippe Starck il reflète totalement une Venise contemporaine où tous les éléments ont été revisités dans un grand respect de la tradition. Miroirs en verre gravé, lustre de Murano, trancheuse à jambon, banquettes confortables, ambiance intimiste, vitrine d’antipasti, carafe luminaire, tout est là! Le génie du décorateur ne s’impose pas, il participe à la magie de l’endroit subtilement.
IMG_2772Le second plaisir intense se vit à la lecture de la carte, qui vous met l’eau à la bouche et annonce la frustration qui va découler du choix qu’il faudra inévitablement faire. Tout Venise s’étend sous vos yeux. Le carpaccio de Gamberi rossi ou de Branzino vous tentent mais ce serait renoncer au calamaretti et à la burrata que de céder si facilement… Et ce vitello tonato ou bien encore la grande laguna, que faire? Le choix du plat est évidemment tout aussi déchirant, Belfritto vs seiches à l’encre noire et polenta, linguine alle vongole ou risotto aux petites girolles… IMG_2776 IMG_2777A ce stade, il faut goûter un splendide bellini, mélange de Prosecco et jus de pêche fraîche dont le goût vous transporte immédiatement face à la Salute sur la terrasse du Gritti ou au Harry’s bar à quelques « calle » de là.
IMG_2778Le choix du vin demande d’être un immense expert de l’Italie car toutes les régions sont majestueusement représentées avec une sélection qui est probablement la plus belle hors de la péninsule. A noter, un grand choix de vin du nord qui sont souvent méconnus en France, alors que les propositions sont splendides dans les Barolo, Nebbiolo et autre Barbaresco. Evidemment la Toscane est brillamment représentée par ses fameux Super-Toscans mais également des maisons moins connues et très brillantes. Nous avons opté pour l’un des plus beaux vins qui soit, un Sassicaïa 2006 de la Tenuta San Guido. Extrêmement jeune il a été carafé brutalement pour que nous puissions y prendre plaisir et après une heure d’ouverture il était spectaculaire, avec un nez tellement typique des vins toscans, incroyable de fruits rouges presque noirs, de cuir, de terre… On pouvait sentir le soleil qui s’était abattu sur les vignes. Et la carafe était très amusante!
IMG_2781 IMG_2782Une petite crème de haricot blanc à la salade de Trévise nous permet de quitter nos verres (de Murano bien sûr) pour revenir à nos assiettes et prendre grand plaisir à cette soupe très goûteuse. Ce n’est que l’ouverture d’un spectacle qui sera grandiose de bout en bout. IMG_2780Le carpaccio de bar à l’effiloché de coeur d’artichaut est d’une fraîcheur inouïe et les zestes d’oranges qui le relève tiennent du trait de génie. Mais il est légèrement moins spectaculaire que mon entrée qui arrive servie sur une marquise de porcelaine. De quoi s’agit il? D’une jambon cru exquis, affiné dans les caves d’un château (ce qui ajoute évidemment à la magie du goût) à Pallavicina. Comment ne pas être transportée par tout ce raffinement autour d’un produit d’exception, tranché tout en transparence? Ce repas commence fort bien!
IMG_2783 IMG_2784Le plat suivant demande un petit changement de décor. Un serveur apporte une serviette noire ainsi qu’un set de table de la même couleur et en recouvre le convive qui s’apprête à déguster un risotto al nero, ce fameux risotto noir accompagné de petites seiches. IMG_2785

On se croirait au pied de l’église de Torcello, dans les jardins de la Locanda. Ce plat n’est pas un met, il s’agit plutôt d’un voyage dans les souvenirs. Merveilleux! Les taglierin aux girolles comblent toutes les attentes, cuites à la perfection, dans une sauce légère et onctueuse avec infiniment de petites girolles. Quel régal!
IMG_2786 IMG_2787Arrive le moment du dessert et je ne peux résister aux chariots de glaces turbinées minute avec ses jolis pots en argent comme dans une fête foraine. Le maître d’hôtel propose trois parfums et insiste pour ajouter quelques noisettes du Piémont caramélisées dans un grand verre de Murano qui servira de coupe à glace. Et là le choc ! Je n’ai jamais mangé d’aussi bonnes glaces de toute ma vie! On oublie tout dès la première bouchée. Berthillon se range dans les lointains souvenirs quand bien même il s’agissait jusque là de la définition de l’excellence glacée… La pistache tient du miracle, la fraise donne le sentiment d’être cueillie sur le fraisier au moment où le soleil est à pic et où l’expression de son goût est à son apogée, la noisette est envoûtante (on la croirait cueillie dans le jardin de Paris Brest de Philippe Conticini). Crèmeuse, fondante, exhalant des parfums d’une pureté insensée, ses glaces ne devraient pas être considérée comme des desserts mais comme des miracles!
IMG_2790 IMG_2792Je crois qu’il n’est pas nécessaire de préciser à quel point j’ai été emballée par le Mori Venice Bar. Il faut préciser que l’unique raison qui m’empêche d’y retourner chaque jour est le prix. Eh oui! lui aussi est vénitien et plutôt ajusté sur les grands palaces de la Sérénissime… Le bonheur a un prix et celui ci se situe aux alentours de 100 € par personne sans les vins.

A quelle occasion y aller? Un anniversaire, un rendez vous galant, une fête de famille. Peut être un rendez vous d’affaire à déjeuner mais le soir, l’ambiance y est un peu trop intime. On peut également y aller si l’on aime voir des people car l’endroit en est plein, chaque table a l’air d’abriter une personnalité….

Mori Venice Bar, 27 rue Vivienne, 75002, Paris
01 45 55 51 55
Ouvert tous les jours
http://www.mori-venicebar.net

Mori Venice Bar

Publicités